Cover.JPG

IL S'AGIRAIT
DE GRANDIR

Un feel-good book générationnel

2006 : Benoit débute ses études, bien décidé à empoigner la vie.
Il va découvrir l’indépendance, faire la tournée des bars lillois,
tomber amoureux sous la pluie, parcourir l’Asie en sac à dos…
Mais la fête va se terminer plus tôt que prévu. Les filles et les pétards vont laisser place aux soirées de boulot à La Défense et aux doutes. Sécurité ou épanouissement, Ben devra choisir.

 
pas_edited.jpg

UN LIVRE POUR RIRE ET VOYAGER

Drôle et authentique, Il s'agirait de grandir est un roman houblonné qui dépeint avec sincérité le passage à l'âge adulte. Son auteur décrit le parcours d'un jeune homme endossant tour à tour tous les costumes de sa vingtaine : étudiant, fêtard, amoureux, baroudeur, jeune actif... L'épreuve de vérité d'un héros ordinaire entrant de plain-pied dans l'existence.

 
robinson.jpg

UN NOUVEL AUTEUR PASSIONNÉ

Antoine Boyet, né en 1989, a romancé ses souvenirs pour écrire Il s'agirait de grandir. Il a grandi en Champagne, étudié à Lille, travaillé à New York et Paris et voyagé dans plus de quarante pays. Il a écrit ce premier livre durant son année de tour du monde et a déjà commencé la rédaction du deuxième.

 

TÉMOIGNAGES

Découvrez l'article du journal L'Union consacré au roman.

Riche d'une profondeur insoupçonnée, ce roman est accessible et la lecture est fluide, pour une immersion d'autant plus intéressante et constructive.

Marêva B.
Les Editions Persée

A travers Ben, c'est toute une génération qui s'exprime : celle des pas tout-à-fait trentenaires qui voient leurs rêves d'épanouissement personnel se heurter à la réalité du marché.

Gabrielle B.
Editions Amalthée


J'ai beaucoup aimé ton livre Antoine, mais je trouve que ça parle quand même beaucoup de bière et de cul...

Edwige B.
Mère de l'auteur

 
great-wall-of-china-154648_960_720_edited_edited.png

UN PETIT EXTRAIT ? ALLEZ !

Tout avait commencé à Lille, durant l’amphi des départs. Tout se terminait sur la Grande Muraille de Chine. Une année d’exception, mon plus beau millésime. L’Inde d’abord, une aventure humaine unique. J’avais dû m’adapter à un autre monde. J’avais grandi et étais devenu une meilleure personne, plus ouverte. Tout ne fut pas facile. J’avais drastiquement changé ma vision du confort, challengé mon estomac chaque jour un peu plus, vécu la distance. Mais je ne regrettais en rien ma décision : l’Inde m’avait fait découvrir le vrai sens du mot indépendance.

Et puis ce road trip… Il n’y a rien de plus jouissif que de vivre au jour le jour. De ne pas savoir où tu dormiras le soir-même. D’aller où le vent te mène. J’avais solidifié avec Valentine une amitié qui survivrait aux années. On le savait tous les deux quand, assis sur ces vieilles pierres, on se regardait droit dans les yeux. Pas besoin de mots.

Nous ne voulions pas partir, car nous savions ce que cela représentait. Dès lors que notre pied ferait le dernier pas ici, nous serions de retour en France. Et c’est toute cette année qui s’achèverait. Quelle serait notre vie en rentrant ?

Serions-nous un jour aussi libres ?